Quelles sont vos prétentions salariales ? 9 techniques pour sortir gagnant

Vous avez un entretien d’embauche de prévu ? Et vous sentez que le recruteur va vous poser des questions sur vos prétentions salariales ? Voici mes 9 techniques pour bien constituer votre réponse, et sortir gagnant avec un salaire final le plus haut possible 😉 .

Quelles sont vos prétentions salariales ? 9 techniques pour sortir gagnant

Cet article vous donnera quelques clés afin de répondre à la question de vos prétentions salariales, que vous posera le recruteur pendant votre entretien d’embauche, et ainsi d’en sortir gagnant, avec une proposition de rémunération la plus haute possible.

  • 1. Pourquoi le RH aborde le sujet de la rémunération 

Il s’agit là d’une question que nous vous conseillons de préparer en amont, puisqu’elle a une grande chance d’être posée au cours de l’entretien de recrutement. Dans cette question, le recruteur va chercher à savoir quelles sont vos prétentions salariales, afin de déterminer si le budget qu’il a provisionné est en adéquation avec vos attentes. Par ailleurs, il cherche à savoir si vous serez épanouie et motivé, de par la rémunération qu’il vous proposera par la suite.

Il existe également une dimension de négociation, puisque si vous demandez un montant inférieur au montant budgété par le recruteur, il risque de vous faire ensuite une proposition à la baisse, alignée sur votre demande salariale. Il s’agit là d’une possibilité pour le recruteur de faire des économies. Attention donc, tapez suffisamment haut dans votre demande pour ne pas faire face à des déconvenues. C’est que nous allons voir dans la partie suivante.

  • 2. Ce que comprend la prétention salariale

Également appelé « attente salariale », la prétention salariale est le montant de rémunération auquel le candidat prétend. En échange de cet accord, il s’engage à rejoindre l’entreprise. Il y a quelques informations supplémentaires à connaitre :

A/ Nous vous conseillons d’aborder vos prétentions salariales sur une base de rémunération annuelle. C’est-à-dire que vous devrez faire le calcul vous-même (en divisant par 12), afin d’évaluer votre rémunération mensuelle équivalente. Dans votre demande, vous devez y inclure le 13ème mois, et les autres montants de Prime Fixe et Variable que vous souhaitez obtenir.

B/ Cette négociation sur votre rémunération s’aborde en montant brut, c’est-à-dire, sans prendre en compte les charges que devront s’acquitter l’employeur, avant de vous verser un montant net. Vous verrez ces différentes chargent s’afficher que votre bulletin de paie. Vous pouvez retrouver sur Internet différents outils qui vous permettrons de calculer votre salaire du brut au net. En ordre de grandeur général, il faut compter une moyenne de 33% de charge, à retenir sur le montant brut.

C/ Attention, la prétention salariale n’inclut pas les divers avantages proposés par l’entreprise, comme un véhicule, un comité d’entreprise, intéressement… ou encore d’autres avantages. Néanmoins, le recruteur valorisera des éléments –si accord- afin de rendre sa proposition intéressante, et la rapprocher avec votre demande salariale initiale. Bon à savoir : rien ne vous empêche in-fine de négocier des avantages qui ne sont pas présents dans votre demande de prétention salariale (rémunération) initiale.

  • 3. Préparer minutieusement sa demande de salaire

Vous le verrez en détail dans les différents points énoncés ci-dessous, il est important de se préparer en amont pour savoir répondre à cette question. La question de la rémunération sera posée, et surtout, votre réponse relèvera le niveau de préparation de votre candidature. Ainsi, il s’agit là d’une occasion de faire une bonne impression à son recruteur, en ancrant sa demande dans un rationnel, et en détaillant son argumentation. Il s’agit là de se vendre, comme vous aurez l’occasion de le faire à nombreuses fois lors de vos expériences professionnelles. L’art est délicat, mais la carotte est importante.

Et surtout, n’ayez surtout pas de tabou de parler d’argent. Le travail mérite salaire, et vous ne devez absolument pas vous sentir culpabilisé d’aborder ce point. Au contre, abordez ce sujet avec une belle confiance en vous ! elle valorisera votre candidature. Autre conseil, nous vous conseillons de bien vous habiller avec des vêtements de marques. Car comme le dit l’adage “on ne prête qu’au riche !”. Plus vous donnerez l’impression d’avoir des moyens financiers, plus votre recruteur –inconsciemment- sera prêt à vous augmenter votre rémunération. Au contre, si vous arrivez avec un costume bas de gamme, le recruteur pourra vous regarder avec de la suspicion, et vous ne ferez pas une excellente impression vestimentaire. Nous abordons le sujet de l’habillement dans un autre article.

  • 4. Être tactique dans son approche

Être tactique est crucial. Ce sujet est stratégique, puisque présenter une demande de rémunération, qui n’est pas alignée avec le budget du recruteur, peut mettre fin à votre processus de recrutement. Ainsi, il faut la jouer intelligemment, et ne pas sortir un « nombre magique » pendant l’entretien. Pour estimer votre valeur sur le marché, nous vous conseillons de consulter des sites Internet, du type Glassdoor, qui regroupent toutes les rémunérations disponibles sur le marché, et ainsi, vous pourrez évaluer un maximum accepter par l’employeur. Sachant qu’il faut toujours taper un peu plus haut, afin d’arriver à un point d’acceptation au niveau de vos exigences initiales.

Nous répétons encore une fois ce conseil, mais ne faites pas de proposition salariale aberrante, car le recruteur ne prendra pas votre candidature comme étant accessible, et abandonnera immédiatement votre piste, la différence entre son budget, et vos attentes, étant jugées trop importantes. Réfléchissez bien à ces points en amont. Voilà, l’art délicat de la négociation.

  • 5. Partir de sa rémunération actuelle

Une bonne stratégie, si vous avez déjà un salaire intéressant, est de partir de sa rémunération actuelle, pour faire une demande à un montant équivalent, plus un pourcentage que vous évaluez. A minima, demandez 10% en plus de votre salaire actuel, mais rien ne vous empêche de faire une demande bien plus ambitieuse, de l’ordre de 20 à 30%. Parfois, il faut accepter de faire une proposition en diminution, dans le cas où votre rémunération est déjà importante, et au-dessus des standards du marché, ou pire accepter une stagnation, si vous changez de région ou de secteur d’activité.

A savoir que plus vous demanderez une progression importante de votre salaire, moins il faudra baser son argumentation sur la base de son niveau de rémunération actuel. Dans ce cas, un recruteur n’a pas de rationnel à proposer des augmentations de salaire telles, sauf si vous possédez des compétences uniques que l’entreprise souhaite absolument. Dans ce cas-là, il faudra bien mentionner ces compétences et expériences uniques que vous allez apporter à l’entreprise, et qui justifient votre valeur. De manière générale, plus vous êtes rare sur le marché, plus votre valeur sera importante.

  • 6. Poser la question à une personne interne à l’entreprise

Si de par votre réseau professionnel ou amical, vous connaissez une personne dans l’entreprise : Bingo ! Dans le cas contraire, vous pouvez repérer via LinkedIn ou Viadeo des personnes occupants des postes similaires, et les contacter afin de leurs demander de faire un point téléphonique. Généralement, les personnes sont ravies d’aider, surtout si la demande est faite avec politesse. Au programme de ce point téléphonique, vous pourrez poser de nombreuses questions sur l’entreprise, notamment le contour du job (autant d’informations qui vous seront utile pendant l’entretien !), mais surtout, vous pourrez aborder la question de la rémunération et des avantages. En revanche, il est peu probable que la personne vous donne son salaire exact, mais aborder le sujet en posant la question : « vous pensez que l’on peut obtenir au mieux quelle rémunération pour le poste de … ? », et bien là, vous risque d’obtenir des informations très intéressantes, et utiles dans votre négociation avec le recruteur.

  • 7. Répondre à la demande de vos prétentions salariales par une question

Dans certains métiers, par exemple du type commercial, vous pouvez commencer en évoquer la question suivante : « Dans votre entreprise, quelle est la rémunération des meilleurs commerciaux ? ». Ainsi, le recruteur vous donnera des éléments de réponses, et votre objectif sera de négocier un fixe le plus important possible en pourcentage. Dans ce cadre-là, poser une question vous aura apporté des informations permettant de placer au mieux votre demande de salaire. Soyez-malin !

Par ailleurs, nous vous recommandons de poser la question des différents avantages proposés par l’entreprise (mutuelle, Comité d’entretien, Intéressement etc..), choses que vous ne pouvez connaitre seul, à moins d’être informé par une personne au sein de l’entreprise. Ces différents avantages sont à prendre avec considération lors de votre choix d’entreprise. Par exemple si vous avez des enfants, vous serez très heureux de profiter des services de la crèche d’entreprise.

  • 8. Que faire si on ne vous pose pas la question ?

Si le point de la rémunération n’est pas abordé à l’issue du premier entretien physique ou téléphonique, nous vous conseillons de l’aborder vous-même, surtout si vous pressentez qu’il peut y avoir un gap, entre vos attentes et ce que la société souhaiterait payer. Cette stratégie vous permettra d’éviter de passer une boucle d’entretien, pour in-fine ne pas trouver un accord avec l’employeur. Sachant que passer une boucle d’entretien à des contraintes : c’est de la préparation en amont, du temps pour se rendre aux entretiens, et parfois de l’argent -si vous devez poser des congés, où vous déplacer physiquement dans une autre ville, ou à l’étranger.

  • 9. Pour voir plus loin que la rémunération

N’oubliez pas que pour le recruteur, la rémunération n’est qu’un seul critère parmi d’autres critères. La qualité générale de votre candidature compte le plus dans le choix de vous recruter, ou non. Les recruteurs ont généralement une fourchette de budget par poste, et cherchent à l’utiliser, pas uniquement en fonction des attentes du candidat, mais surtout en fonction de son expérience, et de sa valeur réelle sur le marché. Si le recruteur est court niveau budget, rien n’empêche qu’il demande une rallonge auprès du directeur, mais il faudra lui donner des éléments pour l’aider dans sa négociation interne.

Par ailleurs, nous vous déconseillons de mentir sensiblement sur votre rémunération actuelle, car parfois, le recruteur demande une feuille de paie, afin de valider la rémunération actuelle que vous évoquez. De surcroit, les recruteurs ne sont pas bêtes, et connaissent parfaitement la valeur des candidats sur le marché. Essayer de mentir auprès d’un recruteur peut s’avérer une très mauvaise stratégie s’il s’en aperçoit.

Pour aller plus loin sur la négociation de salaire :

Pour aller plus loin, nous vous conseillons de lire nos 21 conseils pour bien négocier son salaire. Vous allez y trouver des enseignements complémentaires à cet article.

 

Pierre Tabuteau

Pierre Tabuteau est le fondateur du site, Coachme.fr, qui a pour objectif de vous donner les meilleurs conseils pour réussir. Je donne des tuyaux sur le monde de l'entreprise & de l'informatique, qui sont intimement liés !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend