13 conseils pour négocier son salaire d’embauche +email

13 astuces pour négocier son salaire d’embauche +1 Email de négociation à utiliser après l’entretien avec le recruteur

Afin de vous aider à aborder le sujet de la rémunération, nous avons réuni les 14 meilleurs conseils à suivre pour négocier son salaire à la hausse, à l’occasion d’un changement de poste ou d’une candidature externe :

Les salariés osent peu négocier leurs salaires.. à tord

Selon une étude du cabinet Robert Half, 45% des recruteurs sont prêts à discuter le montant de la rémunération d’embauche alors que seulement 50% des candidats engagent des discussions salariales. Les candidats qui n’abordent pas le sujet de la rémunération ont tort : à la fois, ils se privent de bénéficier d’une marge de manœuvre sur le salaire d’embauche et, contrairement aux idées reçues, les recruteurs valorisent les candidatures méthodiques et structurées dans leurs approches pour négocier un salaire d’embauche. Par ailleurs, il s’agit là d’une demande légitime de la part du salarié, puisqu’un salarié qui ne se sent pas rémunéré à la hauteur de ses prétentions, pourra mal vivre sa situation dans l’entreprise, et avoir un impact sur sa productivité, voir même, peut engendrer une détérioration des relations entre les collaborateurs d’une entreprise.

1 Connaitre les composantes d’un salaire

Tout d’abord, il faut bien comprendre les différentes parties d’une rémunération:

  • Au-delà du salaire fixe mensuel, se rajoute d’autres éléments
    • Comme un troisième mois
    • Eventuellement des actions gratuites
    • Un intéressement aux résultats.
  • A cela peut s’ajouter une partie variable, en fonction de vos performances et de votre contribution aux résultats à l’entreprise.
    • Et enfin, il y a les avantages en nature.
      • On parle dans ce cadre-là de la mutuelle
      • Des avantages du comité d’entreprise(qui ne se négocient pas)
      • De la prévoyance retraite
      • De la voiture de fonction (un type de modèle se négocie).
      • Des tickets restaurants, des chèques cadeaux etc..
  • Dans le cas où vous êtes déjà un salarié de l’entreprise
  • Négocier son salaire ne se résume pas à parler de salaire net mensuel
    • Mais de parler globalement de la rémunération annuelle brut, et des avantages auxquels vous pouvez bénéficier.

2 Estimer sa demande maximum

  • Calculer son salaire actuel/passé réel : intégrer avantages type mutuelle, primes d’intéressement, etc.
  • Étudier sa valeur actuelle sur le marché: sites spécialisés, annuaires ou revues.
    • Intégrer les caractéristiques de l’entreprise: secteur, taille, situation financière, etc.
    • Intégrer la concurrence pour le poste (à même niveau d’expérience/compétence)
  • Se renseigner sur la politique salariale de l’entreprise: voir Glassdoor.fr
    • Interroger des actuels & anciens salariés, en les contacter par exemple via LinkedIn.

3 Estimer sa fourchette de compromis

  • Estimer votre rémunération minimum acceptable.
  • Déterminer vos points négociables.
  • Déterminer vos points non cessibles.
    • Exemple : prêt à accepter un véhicule de fonction de moindre valeur vs amélioration du salaire.
    • Exemple : obtenir un variable non capé vs légère augmentation de la rémunération fixe.
    • Exemple : concessions salariales vs localisation géographique.
  • Sur la fourchette haute (demande initiale), l’augmenter de 10 à 15%.
  • En effet, la demande maximum acceptable d’un recruteur peut être supérieure à la vôtre.

4 Convaincre sans aborder la rémunération

  • Valoriser sa candidature via son apparence vestimentaire, son langage corporel, et son élocution.
  • Donner envie au recruteur de travailler avec vous et de défendre votre cause en interne.
    • Convaincre de sa forte volonté de rejoindre le poste et l’entreprise
    • Se montrer en adéquation avec les valeurs et attentes de l’entreprise.
  • Convaincre qu’il s’agit d’un recrutement long-terme pour l’entreprise.
    • Il faut frapper l’inconscient du recruteur. Aucun doute ne doit perdurer sur votre candidature.

5 Laisser le recruteur aborder la rémunération

  • Laisser le recruteur aborder la rémunération (salaire) en premier.
  • Si le point n’a pas été évoqué lors du 1er entretien d’embauche : Demander quel est l’interlocuteur pour aborder la rémunération
  • Demander la structure de la rémunération : fixe, prime, intéressement, actions gratuites.
    • Questionner sur les avantages indirects : comité d’entreprise, cantine, garderie, pressing
    • Si par oral, prendre des notes sur toutes les éléments évoqués.

6 S’exprimer en salaire annuel brut

  • Évoquer votre maximum ask en y ajoutant +10/15%.
  • Parfois votre maximum ask peut être en deçà de la grille maximale acceptable par le recruteur.
    • En effet, sur les grilles de salaire de cadre, les entreprises ont souvent 10 à 25% de flexibilité.
  • Parler en rémunération brut annuelle : en effet, la répartition du salaire pouvant être sur 13/14 mois.
    • Point important : négocier en net annuel peut être plus avantageux pour le candidat.
  • En effet, un pourcent de rémunération obtenu sur le net est plus important qu’un pourcent obtenu sur le brut.
  • Si vous faîtes face à un blocage sur le montant annuel, présentez votre demande sous forme d’écart au niveau mensuel.
    • En effet, le niveau de désaccord sera perçu comme plus faible.

7 Ne pas faire une demande de salaire rond

  • Des chercheurs de la Colombia Business School ont démontré que:
    • Une offre précise et non ronde est psychologiquement mieux acceptée.
      • Exemple : exemple : 75 250 vs 75 000€.
  • Effet psychologique : une demande précise est perçue comme mieux évaluée et basée sur des fondamentaux réels.
  • Conséquence psychologique : votre demande devient plus crédible, baisse de la marge de manœuvre du recruteur.

8 Négocier sa rémunération simultanément sur plusieurs points

  • Interroger le recruteur sur les points de la rémunération ouverts à la négociation.
  • Dès le début, engagez simultanément des discussions sur plusieurs aspects (rémunération, action gratuites, véhicule)
    • De sorte que si le recruteur ne peut vous donner satisfaction sur un élément, vous puissiez obtenir une compensation sur un autre aspect de la rémunération.
  • Aborder simultanément tous les points évite également des allers- retours ultérieurs contre-productifs, voir des oublis.
    • Ne jamais rien céder gratuitement.
  • Systématiquement exiger une contrepartie sur un autre aspect de la rémunération (exemple : mutuelle, actions gratuites, véhicule etc..).

9 Persuader le recruteur de sa valeur sur le marché

  • Une négociation fonctionne uniquement si le recruteur est persuadé de votre valeur, de la rareté de vos compétences.
    • Conséquence : la négociation salariale se joue également sur l’évaluation de vos compétences pour le poste.
  • Évoquer et valoriser ses compétences pour le poste candidaté. Souligner la faible concurrence sur le marché de l’emploi.
  • Chiffrer votre contribution au cours de ses expériences professionnelles précédentes.
    • Évaluer votre contribution future pour le poste candidaté – et si applicable, mettre cette contribution en rapport avec le salaire demandé.
    • Uniquement si a votre avantage: évoquer le montant de sa rémunération précédente.

10 Souligner un intérêt profond pour le poste

  • Le recruteur n’est pas systématiquement le décisionnaire.
  • Montrez un intérêt significatif pour le poste, l’entreprise et son projet.
  • Si le recruteur peut supposer que vous pourriez abandonner le processus de recrutement, le recruteur ne prendra pas le risque de présenter votre candidature en interne
    • En conséquence, il n’essayera pas de convaincre ses supérieurs de la validité de votre demande.
  • Mettez-vous au préalable d’accord sur tous les autres éléments de la négociation : missions, responsabilités, horaires, travail à distance etc.
    • Seule la rémunération doit être bloqueur.

11 Donner des arguments au recruteur pour qu’il puisse convaincre en interne

  • La véritable négociation salariale ne se fera pas devant vos yeux.
    • En effet, pour négocier un salaire en dehors des grilles classiques, le recruteur devra obtenir l’accord du DRH ou équivalent.
  • Conséquence: Il faut aider indirectement le recruteur dans sa négociation interne en lui donnant des arguments en mesure de convaincre en interne.
  • Ne pas mentir sur le montant de sa rémunération précédente, car le recruteur pourra vous demander des preuves écrites.

12 Rester flexible sur la négociation salariale mais ignorer les ultimatums.

  • Rester conciliant sur la forme et ferme sur le fond.
    • Ayez connaissance au préalable des aspects de la rémunération sur lesquels vous êtes prêts à faire des concessions.
    • Proposez des contreparties en retour de vos concessions.
  • Sachez lâcher du lest, si vous sentez que vous pouvez rompre la discussion.
  • Indiquer les points de discussions et les points sans négociation possible.
    • Si ultimatum. Il s’agit uniquement d’un rapport de force.
  • De manière générale, un ultimatum n’a pas de valeur.  Juste à tenter de faire céder le candidat.
    • Si l’entreprise est réellement intéressée par vous, elle ne vous en tiendra pas rigueur.

13 Une fois l’accord trouvé. Remercier et se projeter dans le poste.  

  • Graver les accords dans le marbre via un e-mail, si les discussions ont eu lieu à l’oral.
    • Remercier son interlocuteur pour la qualité des discussions.
  • Se projeter rapidement sur sa prise de poste
    • Se mettre d’accord sur la date d’arrivée dans l’entreprise.

Email de négociation de salaire à transmettre au recruteur

Vous trouverez ci-dessous un exemple de courriel que vous pouvez envoyer au recruteur, afin d’obtenir votre augmentation de salaire :

« Objet : Processus de recrutement au sein de l’entreprise X

Corps de l’email:

Mr, Mme …… / Mettre le nom de famille de la personne concernée,

Tout d’abord, je tiens à vous remercier pour le temps que vous, et votre équipe, m’avez consacré pendant la session de recrutement.

Notre entrevue m’a permis de renforcer ma connaissance de votre société, et confirme ma volonté de rejoindre votre entreprise, dans le cadre où nous trouvons un accord salarial.

Ma demande de rémunération est de 37 800€ brut annuel, à laquelle je souhaite inclure la prise en charge intégrale d’une voiture de fonction, ainsi que la gratification d’une prime annuelle d’un montant minimum de 8000€ brut.

Cette demande de rémunération est alignée sur le marché, et se justifie par mes 8 années d’expériences dans le secteur, pendant laquelle j’ai eu des résultats commerciaux exceptionnels, notamment en décrochant plus de €300K d’euros de contrats en Espagne.  Par ailleurs, elle représente une incitation à quitter mon poste actuel, dont la rémunération y est égale –en dehors de ma proposition sur la prime annuelle.

Dans une vision de collaboration à long-terme, je souhaite que nous puissions conclure un accord rapidement, et d’être ainsi en mesure de rejoindre votre société dans les plus brefs délais.  

Je vous remercie pour l’attention que vous porterez à ma demande,

Cordialement, »

Par ailleurs, nous proposons 21 conseils d’un pro pour négocier son salaire & un email pour demander (et obtenir) une augmentation de salaire .

  • Cet email est à utiliser pour les personnes qui sont déjà en poste, qui souhaitent obtenir une revalorisation de leurs conditions salariales.

Si vous avez des questions, vous pouvez le faire dans les commentaires, et pensez à partager l’article à vos camarades 😉

Pierre Tabuteau

Pierre Tabuteau est le fondateur du site, Coachme.fr, qui a pour objectif de vous donner les meilleurs conseils pour réussir. Je donne des tuyaux sur le monde de l'entreprise & de l'informatique, qui sont intimement liés !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend