Menu Fermer

18 millions de célibataires divisés en 3 catégories – France

Article écrit par la Coach naturopathe spécialisée en Neurosciences, Stéphanie Griset.

De plus en plus de célibataires… en France, et même partout dans le monde .

Après une brève introduction, nous aborderons les hypothèses d’un tel essor. Ensuite, je vous ferai part de 3 grandes catégories de célibataire. Enfin nous verrons les motivations des célibataires puis nous terminerons avec le fait qu’un couple, ça se construit.

18 millions de célibataires divisés en 3 catégories – France

 il y a aujourd’hui plus de personnes célibataires que jamais, en tout cas au sein des sociétés occidentales : environ 18 millions de personnes en France soit une personne sur 3 ! Selon les projections, à partir d’études indépendantes, un adulte de 50 ans ou plus sur quatre n’a jamais été marié. Il y a même certains lieux dans le monde où les chiffres sont encore plus vertigineux : par exemple à New-York, aux États-Unis, un adulte sur deux vit seul.

Pourquoi le phénomène des célibataires prend une telle ampleur ?

Sans tirer de conclusions hâtives nous pouvons émettre plusieurs types d’hypothèses.

  • Une charge supplémentaire: de plus en plus de personnes voient dans le couple un fardeau supplémentaire à porter au quotidien.
  • Le mal être émotionnel et sentimental:celui-ci peut être lié aux cas de dépressions de plus présents dans notre société.

Les 3 grandes catégories de célibataires

Je n’aime pas mettre les personnes dans des cases mais c’est vrai que l’on retrouve généralement  3 « catégories » de célibataires :

  • Les célibataires qui ont consciemment choisi de ne pas vivre en couple. Ces personnes ont d’autres centres d’intérêts qui remplissent leurs vies. Elles sont souvent célibataires par choix afin de garder toute leur énergie sur leurs projets comme le travail, le plus souvent. Elles ne veulent pas sacrifier leur temps pour devoir répondre aux attentes d’une éventuelle famille. Mais elles ont néanmoins un grand réseau d’amis et de proches.
  • Les célibataires solitaires: ils ne comprennent pas bien pourquoi ils ne sont pas dans une relation de couple stable. Généralement, ils pensent que c’est parce qu’ils n’ont pas encore rencontré la bonne personne. Cependant, vivre seuls n’est pas non  agréable pour eux. Bien souvent, prédominent en eux des sentiments d’apathie ou de tristesse. Elles peuvent ne pas avoir digéré d’anciennes histoires et s’enferment dans un cocon protecteur afin de ne plus souffrir.
  • Les personnes solitaires qui passent d’une relation à l’autre, sans qu’aucune ne dure bien longtemps. Elles vivent dans le moment présent, « ici et maintenant », en un sorte d’adulescence éternelle où le futur n’existe pas. Elles se nourrissent souvent de sensations fortes pour se sentir vivantes.

Les motivations du célibat

Les sociologues avancent plusieurs hypothèses pour expliquer ce boom de célibataires. Certains remarquent jusqu’à l’existence d’un entourage qui met en avant l’égocentrisme de la génération « Selfie ». L’individu est désormais au centre de tout. La préoccupation centrale de la plupart des gens est leur propre petite personne. Dans ce mode de vie, il n’y a de place pour personne d’autre. C’est pourquoi, être attentif aux sentiments et aux besoins d’une autre personne est quelque chose qui ne les intéresse absolument pas.

On a remarqué également ce qu’on appelle le « paradoxe du choix ». Cela consiste au fait qu’avant, le nombre potentiel de personnes qu’il était possible de rencontrer était limité. Mais la donne a changé depuis l’apparition d’Internet et des multiples sites de rencontre, ce potentiel de liens est virtuellement infini. Ainsi, la quantité potentielle de couples est sans limite. Et finalement c’est ce nombre fou d’options qui paralyse la capacité du célibataire à se décider. L’application de rencontre « Once » a d’ailleurs pris le contre pied de la fameuse application « Tinder » en ne proposant qu’une seule personne célibataire par jour à son utilisateur.

Ainsi, lorsqu’une personne prend finalement une décision, elle a toujours l’impression de passer à côté d’une opportunité, car elle aura toujours d’autres options avec lesquelles comparer « son acquisition ». Malheureusement, il y a une propension chez l’être humain à regretter ce qu’il n’a pas, plutôt que d’apprécier ce qu’il a. Mais cela est un vaste sujet…

Un couple se construit sur la durée

Dans l’ère de notre société actuelle, Il semble qu’un grand nombre de personnes ait oublié que le couple ça se  construit. On n’est pas en couple simplement pour faire des sorties à deux ou pour coucher ensemble. La conversation, les compromis, les conflits et les expériences sont ce qui va faire qu’un couple dure dans le temps ou pas.

Être en couple exige des efforts, mais aussi de la tolérance, de la générosité et de la patience…et donc forcément des renoncements. Il s’agit là précisément de ce que n’aiment pas certains célibataires : s’efforcer ou prêter attention, dans leur monde émotionnel propre, à d’autres besoins qui ne soient pas les leurs.

La solitude non désirée n’est jamais une bonne option. Plusieurs études indiquent qu’elle peut même en arriver à provoquer de la douleur physique. Dans ces cas-là, il faudrait se demander d’où vient le problème : n’a-t-on juste pas trouvé la bonne personne ? Ou bien n’est-t-on pas adapté au fonctionnement classique en couple ? Ai-je un travail à commencer sur moi même pour être capable d’avancer. Cela vaut la peine de se poser ces questions

Évidemment s’aimer soi même, avoir confiance en soi sont des éléments indispensables pour s’épanouir tout court et dans son couple.

Je terminerai par cette citation  de l’écrivain Adolfo Montiel Ballesteros

 « On ne peut trouver ailleurs que ce que l’on possède en soi. »

Pour aller plus loin : N’hésitez pas à réagir dans les commentaires, je vous répondrai avec plaisir !

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *