casque de velo

Les 7 critères d’un (bon) casque à vélo

Si vous souhaitez faire du vélo, il vous faudra immanquablement un casque. Voici les 7 critères techniques dans le choix d’un casque à vélo :

1. La taille du casque

Trouver la bonne taille de casque pour vous est facile et peut être fait seul en moins d’une minute. Il suffit d’utiliser un ruban à mesurer, en commençant à environ 2,5 cm (environ un pouce) au-dessus de vos sourcils, sur votre front. Mesurez ensuite la circonférence complète de votre tête, en maintenant le mètre à niveau et au-dessus de vos oreilles – utilisez un miroir pour vérifier qu’il est bien droit.

Il s’agit de la partie la plus large de la tête et de la mesure sur laquelle les tailles des casques sont basées. Assurez-vous que le mètre ruban est bien ajusté et recommencez la mesure plusieurs fois pour vous assurer que le résultat est exact. Trouver un casque parfaitement adapté est important pour l’efficacité du casque lors d’un impact et pour le confort général.

2. La forme

La forme du casque n’est pas un sujet dont beaucoup de marques parlent, mais il faut savoir que chaque marque a sa propre idée de la forme de la tête d’une personne. Les marques italiennes sont généralement plus étroites, tandis que les casques de marque américaine présentent généralement une forme plus arrondie. Bien qu’il soit possible de prendre des mesures pour le dimensionnement, la forme est quelque chose qui signifie vraiment que vous devez essayer le casque avant de l’acheter.

3. La sécurité en cas de chute

Vous devez au moins vérifier que votre casque porte l’autocollant indiquant qu’il répond aux normes de sécurité requises. En outre, il existe d’autres facteurs de sécurité qui pourraient influencer votre décision.

Le MIPS par exemple (Multi-directional Impact Protection System), est un concept relativement nouveau qui commence à apparaître sur de plus en plus de casques. Ce concept consiste à réduire la force de rotation et la quantité d’énergie transférée à la tête en cas d’accident. Pour ce faire, une fine doublure à faible friction est placée à l’intérieur du casque, ce qui permet à la coque extérieure de bouger très peu lors de l’impact. La réduction de l’énergie transférée à la tête entraîne des blessures moins importantes et la réduction de la force de rotation est censée réduire considérablement les commotions cérébrales.

4. Le nombre d’ouvertures

Le nombre d’aérations d’un casque est un facteur susceptible d’améliorer considérablement le confort. Et bien que cela puisse sembler être une question de mode ou de chaleur, le nombre d’aérations peut également influencer la sécurité. De grandes ou multiples ouvertures peuvent réduire la quantité de contact entre le casque et la tête, ce qui peut réduire la capacité du casque à distribuer la force.

5. La couleur du casque

Un casque de couleur vive améliore la visibilité du cycliste et réduit les risques de collision avec d’autres usagers de la route. Cette autre caractéristique sera aussi étroitement liée à l’environnement du cycliste. Cependant, la sécurité n’ayant pas de prix, les fantaisies peuvent être sacrifiées pour être plus facilement visible par les autres véhicules sur les routes.

6. La durée de validité

Un autre élément à prendre en compte est la durée d’utilisation de votre casque actuel. Il n’y a pas de règle absolue concernant la date d’expiration d’un casque, mais certains fabricants peuvent avoir des directives de remplacement pour savoir quand passer à un nouveau casque, qu’il ait été impliqué dans un accident.

En règle générale, si les couleurs de votre casque sont délavées par le soleil ou si la sangle s’effiloche, il est temps de le remplacer. Si vous avez eu un accident, votre casque doit être remplacé immédiatement. La mousse qui amortit l’impact ne rebondit pas et les casques doivent donc être considérés comme des articles à usage unique en cas d’accident. Certains fabricants ont mis en place un programme de remplacement en cas d’accident, qui permet aux motards ou cyclistes de bénéficier d’une réduction sur les casques de remplacement après un accident.

Et même si cela ne semble pas évident au premier abord, le simple fait de laisser tomber votre casque d’une certaine hauteur peut suffire à comprimer la couche de mousse et nécessiter un nouveau casque.

7. Le type de cyclisme pratiqué

Les casques intégraux « convertibles » sont une tendance croissante chez les adeptes du trail et de l’endurance. Ils permettent de retirer la mentonnière pour grimper ou emprunter des sentiers moins difficiles.

Les casques de VTT sont souvent conçus pour offrir une meilleure ventilation à des vitesses moyennes plus faibles, ce qui implique des évents moins nombreux mais plus grands. Un inconvénient rarement mentionné de ce type d’aération est le bruit – les casques de VTT avec de grandes aérations sont généralement assez bruyants s’ils sont utilisés sur la route à grande vitesse.

Les vététistes par contre préfèrent généralement une « visière » ou une « crête » à l’avant du casque pour offrir une certaine protection contre le soleil et l’éblouissement, ainsi que pour servir de déflecteur au feuillage qui dépasse. Une autre caractéristique unique de certains casques de VTT est la possibilité de fixer des lumières ou une caméra.

Si vous faites du vélo de course, vous cherchez plutôt un modèle aérodynamique, afin d’être le moins freiné possible par l’air.

8. Les casques de vélo les plus vendus

Voici les marques de casque de vélo actuellement les plus vendues en France :

Si vous avez des questions / suggestions, vous pouvez le faire dans les commentaires ci-dessous :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.