Les 11 additifs alimentaires des industriels (& leurs risques)

Article écrit par la Coach naturopathe spécialisée en Neurosciences, Stéphanie Griset.

Additifs alimentaires : comment faire le bon choix?

Nous verrons dans un premier temps les 5 grandes familles d’additifs, leur nocivité. Nous détaillerons ensuite les 11 principaux additifs utilisés par les industriels. Et nous finirons par explorer comment nous pouvons acheter des produits transformés en évitant les additifs nocifs pour notre santé .

E102, E175 et une multitude d’autres… Vous ne comprenez pas la moitié des ingrédients inscrits sur les plats cuisinés ou les conserves ? C’est normal, il s’agit pour la plupart d’additifs alimentaires. Et en toute légalité, il  existe des additifs alimentaires dangereux pour notre santé.

Les 11 additifs alimentaires des industriels (& leurs risques)

Afin d’explorer le monde des additifs, commençons par lister les cinq grandes familles d’additifs alimentaires

Les 5 grandes familles d’additifs alimentaires

Voici les principaux additifs utilisés par les industriels et professionnels de la restauration collective :

  • Les colorants qui permettent de donner une couleurattrayante au produit (de E100 à E199)
  • Les conservateurs (E200 à E299) qui empêchent la prolifération des moisissures
  • Les antioxydants(E300) ils empêchent les fruits de foncer
  • Les agents de texture(E400) ils donnent son aspect à un produit
  • Les exhausteurs de goût (E600) qui intensifient le goût d’un produit

Un langage bien incompréhensible qu’il est important de décoder, car certains additifs, soupçonnés d’être cancérigènes, sont à proscrire. Il existe environ 320 additifs autorisés dans les produits alimentaires en Europe. Ils sont encadrés par la législation française depuis le début du 20eme siècle et ils ont fait l’objet d’une harmonisation européenne à la fin des années 80.

Les additifs sont-ils dangereux pour la santé ?

Les additifs alimentaires sont aujourd’hui de plus en plus décriés en raison de leurs effets néfastes sur la santé. Certains additifs n’ont aujourd’hui aucun impact prouvé sur la santé. En revanche, un certain nombre d’additifs ont fait l’objet d’études diverses qui ont montré qu’ils seraient à l’origine de nombreux dysfonctionnements : hyperactivité, troubles digestifs, asthme, nausées, voire cancers…

Malheureusement, ils sont tellement nombreux qu’il est difficile de savoir comment les éviter et surtout lesquels éviter. D’autant que le marketing est trompeur : la mention « sans colorants ni conservateurs » ni signifie pas qu’il n’y a pas d’additifs. Il peut très bien y avoir dans le produit d’autres catégories d’additifs comme des agents de texture ou des exhausteurs de goût.

Liste des additifs les plus utilisés par les industriels

Voici la liste des 11 additifs les plus utilisés par les industriels :

  • E171 : le dioxyde de titane, un colorant blanc

On  retrouve ce colorant blanc dans certains bonbons, pâtisseries, plats cuisinés, dentifrices, et médicaments. Il a un rôle  de blanchisseur. Selon une étude scientifique, il présenterait un danger pour les rats testés en laboratoire qui développent des lésions précancéreuses.

  • E104 : le jaune de quinoléine

On trouve ce colorant dans les sodas, bonbons, confitures et boissons alcoolisées. Il est utilisé comme colorant jaune. Il est interdit aux États-Unis et en Australie, car il contient un agent mutagène potentiellement cancérogène.

  • E950 : l’acésulfame-K

Cet édulcorant est présent dans certains produits allégés, confiseries et boissons. C’est un substitut au sucre 200 fois plus sucré que le sucre classique. Des études menées sur des rats estiment que cet édulcorant pourrait augmenter le risque de cancer.

  • E124 : le rouge cochenille, un colorant

On retrouve ce colorant dans les pâtisseries fraîches ou sèches, les entremets, les confiseries, les conserves de  fruits au  sirop et le chorizo. Il donne une belle couleur rouge  aux aliments. Des scientifiques ont démontré que dès la dose de 10 mg par kilo, cette substance induit des dommages sur l’ADN des rats.

  • E249 à E251, les nitrites

On  trouve ces conservateurs dans la charcuterie et les viandes industrielles. Ils servent de sel et d’antioxydant, mais aussi de conservateur, d’aromatisant et de colorant. C’est ce conservateur qui  donne une couleur rosée au jambon  plutôt que sa couleur fade naturelle moins sexy. Depuis 2006, l’Organisation Mondiale de la Santé classe les nitrites comme des agents cancérogènes à risque.

  • E951 : l’aspartame

Ce fameux édulcorant est un substitut au sucre classique. On le retrouve dans les produits light tels que les boissons, les biscuits, les confiseries…. Il est conseillé de l’éviter, par précaution, même s’il manque des preuves formelles aujourd’hui il est très controversé pour son risque cancérigène.

  • E214 à E219 : les parabènes

Ces conservateurs sont présents dans les charcuteries industrielles, les pâtes à tarte, les biscuits apéritifs et les confiseries, mais aussi  dans de nombreux produits cosmétiques. Ils sont  associés au cancer du sein . Ils agiraient sur le corps comme des hormones sexuelles féminines, les œstrogènes.

  • E131 à E133 : le bleu patenté V, le Carmin d’Indigo et le bleu brillant

Ces colorants sont présents dans les boissons, les confiseries, chewing-gum gums , les glaces et dans certains produits cosmétiques. On les soupçonne également d’être cancérigènes, de provoquer de l’hyperactivité chez les enfants, mais également des allergies, de l’asthme et des réactions cutanées.

  • E620 à E625 : le glutamate monosodique

Cet exhausteur de goût est l’un des additifs les plus contestés pour les risques qu’il a sur notre santé. De plus il se cache derrière de nombreuses appellations différentes : glutamate monosodique, glutamate de sodium, GMS, arômes, extrait de levure… Il est utilisé pour donner plus de goût aux aliments et est considéré comme un véritable  poison alimentaire. Le glutamate monosodique est largement utilisé dans la cuisine asiatique  mais surtout par de nombreux industriels de l’agro-alimentaire. Ils sont présents des chips, aux plats préparés jusqu’aux soupes industrielles !

Le risque est surtout lié au  développement et la bonne santé du cerveau, notamment chez les enfants où le glutamate compte parmi les neurotransmetteurs chimiques les plus essentiels. En trop forte concentration , le glutamate serait toxique pour les neurones. Il aurait un rôle dans les maladies neurodégénératives et serait également un dérégulateur hormonal.

Comment détecter la présence d’additifs dans ses aliments ?

Afin de détecter les additifs, le mieux reste encore de scanner vos produits avec l’application Yuka qui vous indiquera de manière très simple les additifs présents dans le produit et leurs impacts sur la santé !

Cette application gratuite téléchargée plus de 5 millions de fois permet d’avoir une visibilité sur la nocivité des additifs présents dans le produit qu’il suffit de scanner.

En faisant les courses, certains ne jurent plus que par ça et j’en fais partie ! Depuis son lancement en 2017, l’application Yuka, qui note les aliments en fonction de leurs qualités, remporte un franc succès. En un seul scan du code-barre avec un smartphone, il est possible de savoir si le produit comporte trop de sucre, de sel, de graisses saturées ou encore d’additifs nocifs. Une pastille de couleur lui est ensuite attribuée, allant du vert foncé pour la mention “Excellent” au rouge pour “Mauvais”. L’application est particulièrement utile pour décoder tous les additifs présents qu’elle classe en 3 catégories : risque élevé, risque modéré et sans risque.

L’impact de Yuka sur les industriels et leurs recettes 

Comme cette application a pris beaucoup d’importance, elle a également permis de faire bouger certains industriels. Par exemple, Fleury Michon  a la volonté de diminuer progressivement la part de certains additifs dans ses produits. Quant à la marque Liebig, elle nous remercie “nous public” d’avoir fait grandir leurs soupes dans une publicité. L’industriel s’engage dans sa gamme de produits 100 % légumes français à utiliser aucun conservateur, aucun colorant et aucun exhausteur de goût.

Ce qu’il faut retenir, c’est que les industriels ne peuvent pas se permettre de baisser leurs chiffres d’affaires. Par conséquent, si nous arrêtons d’acheter les produits qui contiennent des additifs nocifs pour notre santé, ils seront obligés de changer leurs recettes. Nous avons donc le pouvoir de faire changer les recettes des produits industriels, ne l’oublions pas !

Choisissons d’en prendre conscience et agissons en conséquence .

Je terminerai par une citation du très inspirant Pierre Rabhi  qui est  essayiste, romancier, agriculteur, conférencier, écologiste français et fondateur du mouvement colibris. Il s’agit un mouvement basé sur l’empowerment, qui encourage chacun à « faire sa part » pour contribuer à la transition écologique et sociétale.

« On mange tellement de produits toxiques, que ce n’est pas bon appétit que j’ai envie de dire aux gens, mais bonne chance ». 

Pierre Rabhi

Pour aller plus loin : Cet article te fait réagir, n’hésites pas à me laisser un commentaire ci-dessous, j’y répondrai avec plaisir !

 

Stephanie Griset

Stéphanie Griset Coach naturopathe spécialisée en Neurosciences. Ancienne acheteuse stressée, suite à un burn out j’ai décidé de me reconvertir dans l’accompagnement des personnes à la recherche d’un bien être mental et/ou physique. Avec le coaching et les neurosciences nous travaillons sur la sphère mental et avec la naturopathie nous travaillons la sphère physique pour tendre vers une santé naturelle globale. En se focalisant sur ces 2 sphères nous pouvons améliorer notre bien être dans sa globalité humaine. Ainsi nous optimisons l'atteinte des résultats attendus de façon durable. Consultation sur Lille ou via skype/téléphone Contact : steph_griset@yahoo.fr Retrouvez moi également sur les réseaux sociaux Facebook et Instagram.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend