Top 15 des insultes en québécois (et leurs traductions)

Top 15 des insultes (et leurs traductions) en québécois

Si vous cherchez des mots et insultes drôles à utiliser en Québécois (à dire avec l’accent), et bien, voici les 15 insultes les plus utilisées au Québec, la belle province que Canada.

  • 1. Ostie

C’est sans doute le juron que les Québécois utilisent le plus et c’est le premier que les étrangers maîtrisent en arrivant au Québec. Provenant du nom du pain de communion : « hostie », c’est surtout sa version abréviée qui est la plus utilisée (sti). « Ostie, ce cochon est vraiment gros ». Il est vrai que certaines insultes québécoises ont un côté mignon, mais cela ne les rend pas moins insultantes.

  • 2. Mange un char de marde

Une insulte provient toujours de l’observation et celle-ci n’échappe pas à cela. Il faut savoir que char est un véhicule et non un engin militaire. Dans un même contexte, « gros tas de marde » peut aussi être utilisé.

  • 3. M’a te dérencher la face

Cette petite phrase signifie à peu près : « je vais te démolir la face ». Très utilisé par les enfants et les adolescents, cette pique est très agressive au Québec.

  • 4. Grosse plotte sale (gros vagin malpropre).

La plotte, qui signifie « vagin » donne toujours une image désagréable. Mais nos amis Québécois utilisent cette expression exactement de la même trempe que les français utilisent « gros con ». Donc, cette insulte n’est pas très agressive mais elle indique surtout une jeunesse inexpérimentée et naïve. Toutefois, le mot con était utilisé jadis pour faire référence au sexe féminin.

  • 5. Tu fais dur

Sa signification est simple : tu es moche. Mais son impact sur une personne varie selon les personnes qui le prononcent. Par exemple, si c’est un ami qui dis : « tu fais dur avec ta chemise », il veut dire que la chemise n’est pas très belle. Mais si ce n’est pas un proche qui le dit, c’est une toute autre histoire.

  • 6. Epais

En français, les gens ont tendance à dire d’une personne qu’elle est grosse ou qu’elle est énorme quand elle a pris du poids ou quand elle n’est pas fine. En Québécois, cela revient à la même chose mais cette expression peut aussi avoir un autre sens. Se faire traiter d’épais peut aussi dire que la personne n’est pas très intelligente.

  • 7. Tabarnak

A ne pas confondre avec tabernacle, ce mot est une expression très vulgaire qui signifie : putain, bordel de merde. Tabarnak est très courant au Québec malgré sa vulgarité. Il peut être combiné avec d’autres injures comme « crisse d’ostie de tabarnak » qui est une expression très proche de « putain de bordel de merde ».

  • 8. Crisse

Pouvant aussi s’écrire « criss », ce mot est utilisé pour désigner une personne ou une chose afin d’appuyer une idée. Voici des contextes dans lesquelles « crisse » peut être utilisé: « crisse d’impoli », « ma semaine a été mauvaise en crisse ». Mais il a aussi quelques variantes plus douces : crime, crist, criff. Vous allez vous étonner mais ce mot provient du Christ.

  • 9. Calisse

On écrit bien « calisse » mais oralement, il faut bien mettre en évidence l’accent circonflexe. Ce mot est une version plus accentuée de crisse mais quand on le prononce, sans d’autres mots qui l’accompagne, il exprime de la frustration. Le sentiment est plus intense quand le « a » est étiré. Provenant du calice des célébrations religieuses, il a aussi des versions plus adoucies : câline, câlique, câlasse… Voici quelques exemples : « calisse qu’il est moche », « es-tu sérieux calisse ».

  • 10. Sacrament

Bien sûr, il n’y a pas d’unité de mesure destinée aux insultes mais « sacrament » est peut-être le juron le plus puissant entre tous. Du même augure que calisse et crisse, il s’utilise également de la même manière que les deux autres précités.En guise d’illustrations, voici quelques phrases : « il est moche sacrament » « tu es un imbécile sacrament ».

  • 11. Maudit niaiseux

Comme la plupart des jurons québécois, maudit tient son sens de la malédiction des histoires religieuses. Cette expression signifie « espèce d’imbécile ». Mais il faut ajouter le mot « maudit » devant « niaiseux » pour que l’impact soit décuplé. D’ailleurs, cette règle s’applique à toutes les autres insultes québécoises.

  • 12. Gros colon

Cette expression n’a rien à voir avec les intestins, elle a une signification identique à celle du « gros bœuf ». Mais même sans traduction, « gros colon » ne présage rien de glorieux.

  • 13. Newfie

De même augure que les Français aiment se moquer des Belges, Les Québécois ont les mêmes tendances sur les Newfies de la province de Terre-Neuve.

  • 14. Morron

On ne va pas y aller par quatre chemins, ce mot signifie « connard ». Il vient des États-Unis et peut s’utiliser de la même manière que « maudit niaiseux » par exemple.

  • 15. Tarlais

Signifiant stupide, il faut rajouter le mot « crisse » devant, pour un effet plus accentué. Crisse de tarlais peut donc être du même niveau que « crisse de gros cave » par exemple.

Pierre Tabuteau

Pierre Tabuteau est le fondateur du site, Coachme.fr, qui a pour objectif de vous donner des conseils pour votre quotidien. J'écris uniquement sur mes domaines d'expertises.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *