Modèle de contestation d’une rétrogradation disciplinaire

Dans le milieu professionnel, il peut se produire de nombreuses situations pouvant emmener l’employeur à prendre des décisions sévères contre un ou certains de ses salariés. C’est notamment le cas par exemple, lorsque le travailleur commet des fautes qui peuvent être qualifiées de très lourdes. AU nombre de ces fautes, il peut s’agir de comportements agressifs ou de natures à avoir des répercussions négatives sur l’entreprise. Il en est également le cas en cas de manquement grave, d’absence au poste pendant les heures de travail. Dans l’un ou l’autre des cas, le chef d’entreprise peut estimer que de tels agissements méritent d’être sanctionnés. Souvent, de telles sanctions n’interviennent qu’après plusieurs avertissements dont le salarié n’a pas tenu compte. La loi exige qu’une telle sanction soit prononcée dans les 2 mois à compter du jour où l’employeur a été informé de la faute. Il doit aussi s’entretenir avec l’employé avant de prendre sa décision. L’une des sanctions les plus sévères est la rétrogradation disciplinaire qui consiste à faire descendre le salarié de plusieurs positions hiérarchiques. Mais, la loi reconnaît aussi le droit au travailleur de contester la décision de son employeur. Cette contestation doit intervenir dans les meilleurs délais après connaissance de la sanction. Elle doit être faite par le biais d’une lettre recommandée avec avis de réception. Ici, nous vous proposons un modèle de lettre qui irait parfaitement pour l’occasion.

Modèle de contestation d’une rétrogradation disciplinaire

Nom

Adresse

Nom de l’entreprise

Adresse

               Madame/Monsieur,

Le ————- (date de réception de la lettre de sanction disciplinaire de l’employeur), j’ai reçu de votre part un courriel dont j’accuse bonne réception. Par le biais de cette , vous me notifiez la sanction disciplinaire prise à mon encontre.

Par la présente, je vous faire de mon opposition à cette sanction.

En effet, votre décision de me sanctionner est basée sur le fait que (faire mention du ou des motifs de sanctions invoqués par l’employeur dans sa lettre).

Premier cas : (En cas de contestation des faits qui vous sont reprochés)

Je conteste la version des faits telle que vous la présentez dans votre courriel. En effet, ———————– (donner votre version des faits tout en se montrant convaincant).

Deuxième cas : (Au cas où vous contestez la sanction en l’estimant disproportionnée)

J’estime que la sanction qui a été prise à mon égard est disproportionnée, eu égards des —————————— (argumenter en montrant en quoi la sanction est trop lourde) en comparaison à d’autres sanctions subies par d’autres salariés qui ont commis les mêmes faits).

En conséquence, je vous prie de bien vouloir reconsidérer le bien-fondé de cette sanction disciplinaire prise à mon égard.

Signature

Pourquoi et dans quelle circonstance utiliser ce modèle de lettre ?

Lorsque vous commettez des faits en milieu professionnel, l’employeur peut estimer si de telles sanctions méritent d’être sanctionnées ou pas. C’est un droit d’appréciation que la loi lui confère dans l’exercice de ses fonctions. Mais, certains employeurs peuvent avoir tendance à abuser de ce droit et donc infliger des sanctions pour des faits injustifiés ou des sanctions un peu trop lourdes. Du coup, lorsque vous êtes sanctionnés pour des faits que vous estimez non méritant une sanction ou que la sanction qui vous est infligée est trop lourde, vous avez aussi le droit de le contester. Cette lettre vous permettra justement de le faire.

Si vous restez sans réactions, alors cela veut dire que vous reconnaissez à lettre les faits qui vous sont reprochés ainsi que l’adéquation de la sanction qui vous est infligée. Vous pouvez donc faire part de votre version des faits dans cette lettre et contester la décision. Passé un certain délai, vous perdez le droit de contestation.

D’un autre côté, il s’agit d’une démarche amiable qui permettra à l’entreprise de chercher à résoudre cette mésentente. Dans le cas contraire, vous pourrez saisir le conseil des prud’hommes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.