Modèle lettre aux délégués du personnel informant de la suppression d’un usage professionnel

Modèle lettre aux délégués du personnel informant de la suppression d’un usage professionnel

Vous êtes un employeur et vous souhaitez signaler un usage courante dans votre entreprise. Vous devez informer le comité d’entreprise ou les délégués du personnel. Vous devez ensuite informer individuellement tous les salariés concernés par la mesure. Envoyer une lettre aux représentants du personnel pour les informer de la suppression de cette pratique. Pour faciliter votre démarche, vous pouvez utiliser ce modèle type ci-dessous.

[Votre nom]

[Adresse]

[Ville, État, Code postal]

[Dénomination de l’institution représentative du personnel]

[Adresse]

[Ville, État, code postal]

Objet : Suppression d’un usage

Madame, Monsieur,

Lors de la réunion du (précisez la date), nous avons discuté de l’abolition de l’impôt sur le revenu.

             (préciser l’objet de la pratique supprimée : treizième mois, primes diverses, compensation des absences, aménagements horaires, etc.) Nous confirmons par la présente notre décision d’abolir cette pratique.

Cette suppression sera effective à partir du (précisez la date, et accordez un délai raisonnable). Elle affectera (préciser les catégories de personnel concernées).

OU

En remplacement de cette pratique, les salariés bénéficieront de (préciser la mesure envisagée en remplacement de la pratique supprimée).

Je vous prie d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de mes salutations distinguées.

[Votre signature]

[Votre nom en lettres moulées].

Ce que dit la loi sur l’usage d’entreprise

L’usage d’entreprise est une pratique qui procure un avantage à tous les travailleurs ou à certaines catégories de travailleurs. Elle devient obligatoire lorsqu’elle est générale, constante et fixe. L’employeur a le droit de le supprimer, mais il doit suivre une procédure spécifique. La pratique peut être contraire aux contraintes économiques ou organisationnelles de l’entreprise. Par exemple, la direction peut vouloir harmoniser la politique salariale de ses différents établissements. La dénonciation de la pratique peut également être une étape obligatoire lorsqu’on souhaite changer la pratique. Les tribunaux ont estimé qu’un employeur souhaitant modifier une pratique commerciale doit suivre la même procédure que s’il voulait y mettre fin. Il ne peut être dénoncé par un accord collectif (Cass. soc., 05 avril 2012, pourvoi n°10-12182). L’employeur peut négocier, avec un ou plusieurs syndicats de l’entreprise, une convention collective ayant le même objet que l’usage. Si l’accord est conclu, il met fin à la pratique sans qu’il soit nécessaire de la dénoncer (Cass. soc., 26 janvier 2005, n°02-47.507). Il n’est pas nécessaire que l’accord porte sur le même sujet. Il suffit qu’elle prévoie l’abolition de cette pratique. L’employeur seul peut décider de mettre fin à cette pratique. Il doit suivre la procédure établie par la jurisprudence. La cessation régulière de la pratique entraîne sa disparition sans que les salariés puissent prétendre au maintien d’un avantage acquis. Il n’y a pas de modification des contrats de travail, pas même pour les travailleurs investis de mandats de représentation (CE, 9 mars 2005, n°257.768). En cas de dénonciation, l’usage reste en vigueur. L’employeur étant responsable de l’organisation, de la gestion et de la direction générale de l’entreprise, il n’a pas à motiver sa décision. Cette décision est discrétionnaire, mais ne doit pas être fondée sur un motif illégal, sous peine de nullité.

Nos suggestions pour votre lettre

Nous vous conseillons d’envoyer ce courrier par lettre recommandée avec accusé de réception. En prévision de cette consultation, il est conseillé de communiquer l’ordre du jour au comité d’entreprise au moins 15 jours avant la date fixée pour la réunion. Veuillez conserver une copie de la lettre et de l’accusé de réception.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.