Lettre de demande de paiement d’une prestation compensatoire suite à un divorce

Modèle de lettre de demande de paiement d’une prestation compensatoire suite à un divorce

Lettre au juge demandant le paiement d’une pension alimentaire après un divorce Quels sont les effets d’un divorce ? Dans quelles situations la pension alimentaire est-elle versée ? Comment est-elle versée ?

Lettre recommandée avec avis de réception

[Votre nom]

[Adresse]      

[Ville, État, Code postal]

Tribunal de Grande Instance de        (Ville)

Juge aux affaires familiales

 [Adresse]

[Ville, État, code postal]

[Date]

Objet : demande de paiement de prestations compensatoires

Madame, Monsieur, le juge des affaires familiales,

Mon divorce (précisez le cas de divorce : divorce pour faute, par exemple) a été prononcé le

               (date du divorce) devant ce tribunal de première instance OU devant le tribunal de première instance de (indiquez le tribunal de première instance qui a rendu le jugement s’il ne s’agit pas du même tribunal que celui auquel vous vous adressez aujourd’hui).

Je suis divorcé(e) de (indiquez le nom et le prénom de votre ancien conjoint).

Ma situation actuelle est la suivante (veuillez préciser votre situation actuelle en détaillant les disparités créées par le divorce entre vos conditions de vie et celles de votre ex-conjoint).

Mon ex-conjoint, quant à lui, a des ressources (expliquez comment, compte tenu de vos ressources, votre ex-conjoint dispose de moyens suffisants pour compenser les disparités susmentionnées).

C’est pourquoi, je souhaiterais obtenir le bénéfice d’une prestation compensatoire afin de compenser les disparités résultant de la rupture de notre mariage et qui affectent mes conditions de vie.

Je vous remercie de votre compréhension et je suis à votre disposition pour résoudre les conséquences de cette disparité dans les meilleurs délais.

Dans l’attente, je vous prie d’agréer, Madame, Monsieur le Juge aux affaires familiales, l’expression de mes salutations distinguées.

 [Votre signature]

[Votre nom en lettres moulées].

Pièces jointes :

Copie du jugement de divorce ou de la convention (si le divorce est par consentement mutuel).

Preuve des disparités et des ressources de votre ex-conjoint, par exemple les bulletins de salaire…..

Quand utiliser cette lettre de demande de pension alimentaire ?

Vous avez divorcé et vous souhaitez demander à votre ex-conjoint une pension alimentaire pour compenser les disparités entre vos conditions de vie respectives après la séparation. Cette lettre type vous aidera à rédiger votre demande auprès de la JAF.

Ce que dit la loi sur la pension alimentaire

L’article 270 du code civil prévoit que l’un des époux peut être obligé de verser à l’autre une prestation destinée à compenser, dans la mesure du possible, la disparité des conditions de vie créée par la rupture du mariage. Mais le juge peut refuser d’accorder cette allocation si l’équité l’exige, soit en considération des critères énoncés à l’article 271, soit lorsque le divorce se fait au seul détriment de l’époux qui demande l’allocation, compte tenu des circonstances particulières de la rupture. La pension alimentaire est fixée en fonction des besoins de l’époux auquel elle est due et des ressources de l’autre époux, en tenant compte de la situation au moment du divorce et de son évolution dans un avenir prévisible. Le juge tient compte de la durée du mariage ; de l’âge et de l’état de santé des époux ; de leurs qualifications et de leur situation professionnelle ; des conséquences des choix professionnels effectués par l’un des époux au cours de leur vie commune pour l’éducation des enfants ; du patrimoine estimé ou prévisible des époux ; de leurs droits existants et prévisibles et de leurs situations respectives en matière de pension de retraite (article 271 du code civil). La Cour de cassation, dans son arrêt du 18 janvier 2012, a précisé le critère visé à l‘article 271 alinéa 4 du Code civil : le choix professionnel de l’un des époux pour l’éducation des enfants. En effet, la Cour considère que le seul fait d’abandonner une activité professionnelle pour s’occuper des enfants ne suffit pas à justifier l’octroi d’une pension compensatoire. Elle rappelle qu’il est nécessaire d’examiner les conditions de vie et le patrimoine de chacun des conjoints. En l’espèce, il est vrai que l’époux requérant avait cessé toute activité professionnelle pour s’occuper des enfants du couple, mais il bénéficiait également d’un logement mis à sa disposition par sa famille, d’une propriété, et adoptait en fait « un mode de vie qui ne correspondait pas à ses revenus officiels ». Par ailleurs, par trois arrêts du 15 février 2012 (pourvois n°10-20.018, 11-11.000 et 11-14-187), la première chambre civile de la cour de cassation a précisé les éléments qui ne pouvaient être retenus pour le calcul de la prestation. Le tribunal a ainsi complété sa liste d’exclusions suite aux deux arrêts du 6 octobre 2010 (exclusion des éléments non encore réalisés au moment du jugement de divorce). Les revenus locatifs d’un bien commun, les allocations familiales ne sont pas prises en compte car elles sont destinées à l’entretien des enfants et le loyer d’un bien commun versé à un conjoint au titre du devoir de sollicitude. La pension versée au titre de l’obligation de soins est temporaire et ne peut être prise en compte pour l’évaluation de la pension compensatoire. Le juge détermine les conditions de versement de la prestation. Elle est en principe versée sous forme de capital et, exceptionnellement, sous forme de rente (article 276 du code civil).

Nos suggestions pour votre lettre.

Nous vous conseillons d’envoyer votre lettre par lettre recommandée avec accusé de réception. Votre lettre doit être adressée au tribunal de grande instance (TGI) de votre lieu de résidence. N’oubliez pas de conserver une copie de cette lettre, de l’accusé de réception et des pièces jointes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.