Lettre de demande de modification des dates de PreParE (ancien congé parental) à l’employeur

Modèle de lettre de demande de modification des dates de PreParE (ancien congé parental) à l’employeur

Lettre type permettant au salarié de demander une modification des dates du congé d’éducation PreParE (anciennement congé parental) à l’employeur. Comment faire valoir mon droit au congé parental ? L’employeur est-il obligé de l’accorder ? Puis-je modifier les dates ?

Lettre recommandée avec avis de réception

[Votre nom]

[Adresse]      

[Ville, État, Code postal]

Nom Prénom ou raison sociale du destinataire

 [Adresse]

[Ville, État, code postal]

[Date]

Objet : : demande de changement de dates de la PreParE

Madame, Monsieur,

A la suite de mon (choisir : congé de maternité, congé de paternité, congé d’adoption) ou de la naissance de mon enfant, et conformément aux dispositions des articles L.1225-47 et suivants du Code du travail français, j’ai l’honneur de vous informer que je prendrais mon droit au congé parental d’études, initialement à partir du (date) et jusqu’au (date).

Toutefois, en raison de (indiquer les raisons du changement de dates), je vous demanderais de modifier les dates du (date) au (date).

Je rejoindrai donc l’entreprise le (date).

Je vous prie d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de mes salutations distinguées.

[Votre signature]

[Votre nom en lettres moulées].

Quand utiliser cette lettre de demande ?

Votre congé de maternité, de paternité ou d’adoption touche à sa fin et vous voulez passer du temps avec votre enfant ou, après avoir repris le travail, vous voulez passer plus de temps avec votre enfant. Vous avez demandé à votre employeur un congé parental, mais vous voulez changer les dates. Comment faire ?

Ce que dit la loi sur le PreParE (ancien congé parental éducatif)

En 2015, le congé parental est devenu PrePare (allocation parentale d’éducation partagée) dans le but de partager le congé entre la mère et le père. Ce congé parental d’éducation est régi par les articles l.1225-47 et suivants du code du travail. Suite à la naissance ou à l’adoption d’un enfant de moins de 16 ans, le salarié peut bénéficier d’un congé parental d’éducation, qui lui permet d’interrompre ou de réduire son activité professionnelle pour élever cet enfant. Pour avoir droit à ce congé, le salarié en question doit être présent dans l’entreprise depuis au moins un an à la date de la naissance ou de l’arrivée de l’enfant adopté. Le Code du travail prévoit deux types de congé parental. Le congé complet, pendant lequel le contrat de travail est suspendu, et le travail à temps partiel, qui doit durer au moins 16 heures par semaine. Le travailleur peut choisir la durée du travail qui lui convient. Depuis le 1er juillet 2014, le congé parental pour la naissance d’un premier enfant reste de 6 mois, mais 6 mois supplémentaires sont accordés au second parent. Toutefois, ces deux périodes de congé ne peuvent être prises en même temps. Dans le cas des enfants, la durée cumulée ne change pas à partir du deuxième enfant. Elle reste d’un an et peut être prolongée jusqu’aux trois ans de l’enfant. Ce qui est nouveau, c’est que le second parent pourra prendre 6 mois de congé pendant cette période. Plus précisément, le premier parent perd six mois des trois années au profit de son conjoint. Toutefois, si le conjoint ne souhaite pas prendre de congé parental, la durée effective sera réduite à 2,5 ans. En cas de travail à temps partiel, la répartition des heures doit être convenue avec l’employeur (en l’absence d’accord, cette répartition relève du pouvoir de direction de l’employeur). À chaque renouvellement, le travailleur peut transférer son congé parental vers un travail à temps partiel ou son travail à temps partiel vers un congé parental. Le congé parental est automatique, quel que soit l’effectif de l’entreprise. L’employeur ne peut pas refuser le congé parental. Le demandeur doit simplement informer son employeur, en précisant le point de départ et la durée du congé choisi. Cette information doit être fournie un mois avant la fin du congé de maternité ou d’adoption, ou deux mois avant le début du congé si celui-ci ne commence pas immédiatement après le congé de maternité ou d’adoption.

Nos suggestions pour votre lettre.

Vous pouvez envoyer cette lettre par écrit, mais dans le cadre des relations de travail, il n’est pas inutile de l’envoyer par lettre recommandée avec accusé de réception, afin de pouvoir fournir une preuve de votre lettre si nécessaire. Conservez une copie de la lettre (lettre + pièces jointes) et de l’accusé de réception.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.