Banque en Ligne : Les 6 grandes différences entre les établissements

Bonjour, Je m’appelle Pierre, et cette article est consacré aux banques en ligne (également appelés Fintech ou Neobanque). Elles ont le vent en poupe, car elles sont moins chères, plus flexible d’utilisation, avec un design qui n’est pas archaïque. Aujourd’hui, il en existe une dizaine sur le marché français, et ce n’est pas évident de les comparer factuellement.

Nous allons tout d’abord aborder les grandes différences sur les offres entre les différentes banques du marché, puis nous verrons quelques conseils de bon sens, dans ce mini comparatif, afin de choisir la banque qui vous correspond.

Au sujet des grandes différences entre les banques en ligne :

1. Les conditions de ressources

Effectivement, les banques veulent idéalement des clients qui auront toujours des liquidités sur le compte (que la banque pourra elle-même placer), qui feront beaucoup d’opération bancaires (et où elle prendra une commission) et qui pourront souscrire aux offres de placements de la banque (qui sont très rémunérateurs pour un établissement bancaire).

La majorité de ces banques ne souhaitent pas avoir des clients avec des découverts bancaires réguliers, et font ainsi « le tri » sur les nouveaux arrivants, via un système de dépôt ou de salaire net minimum (certains établissements monter à 4000e par mois minimum sur leurs offres Premium), afin de pouvoir y ouvrir son compte.

Également, la majorité des banques demandent que votre salaire soit domicilié chez eux, et versée directement sur votre compte ouvert, sinon, elles majorent les frais des opérations, comme le cout de la carte bancaire, leur but étant de d’avoir pas de comptes inactifs, ou peu utilisés, profitant uniquement des bonus d’inscription.

2. Les cartes bancaires

Les cartes bancaires sont les grands axes de communications des banques en ligne pour recruter des nouveaux clients. Néanmoins, et avec toutes les « sous-marques » de Visa et Mastercard qui ont été créés, il faut analyser avec attention les caractéristiques (exemple débit immédiat ou différé), et surtout la grille tarifaire de chacune (car gare aux mauvaises surprises). Ainsi, il faut comparer :

  • Le montant des plafonds de retrait, et la durée pour recharger votre plafond
  • Les réseaux bancaires dans lesquels vous pourrez faire des retraits CB, sans supplémentaires
  • Les frais sur les retraits hors zone-Euro (au cas où vous partez en vacances, par exemple)
  • Les garanties proposées par l’assurance (ex-annulation voyage, perte bagage, responsabilité civil). Les conditions sont propres à chaque réseau bancaire, en fonction de ce qu’il a négocié.
  • Le nombre de retrait minimum à effectuer (souvent 1 par mois) ou des frais supplémentaires s’ajoutent.
  • Et regarder son coût mensuel (de gratuit à une dizaine d’euros par mois), sachant qu’il peut y avoir un engagement de 12 mois avec certaines banques en ligne. C’est en général bien caché dans les conditions d’utilisation.

Bref, et au sujet de la CB, faites-vous votre propre tableau de comparaison.

3. La gestion des espèces et des chèques

Avec la carte bleue, vous pourrez facilement retirer de l’argent depuis un distributeur, mais si vous voulez déposer de l’espèce sur votre compte, seules les banques en ligne affiliée à un réseau bancaire physique le permettent, en général, mais il existe également des alternatives, comme Nickel, qui permet de faire des dépôts directement chez son buraliste affilié.

 Par ailleurs, sur la gestion des chèques, toutes les banques en ligne ne permettent pas son utilisation, avec souvent des frais supplémentaires en sus. Au niveau de l’encaissement, et si la banque n’est pas affiliée à un réseau bancaire physique, il faut envoyer le cheque par la poste, au risque de la perdre en route… et de devoir payer un timbre par transaction.

4. Les crédits immobiliers

Les banques en ligne qui proposent la possibilité d’y souscrire un crédit immobilier se compte sur les doigts de la main (par exemple : boursorama, hellobank, fortuneo ou encore Monabank) et sont des filiales de réseaux bancaires nationaux. Les critères d’éligibilités sont très encadrés, et les taux ne sont pas forcément les moins disant du marché. Effectivement, comme le crédit immobilier est un outil de recrutement de nouveaux clients, certains réseaux physiques proposent parfois des meilleures conditions, et il peut être intéressant, si tel est votre projet, de faire jouer un courtier, afin d’évaluer la concurrence.

A noter que les crédits à la consommation sont eux plus courant, sauf dans quelques établissements ouverts à tous (comme les interdits bancaires).

5. Le trading (et l’achat de produits financiers)

Toutes les fintech ne proposent pas la possibilité d’acheter des actions sur le marché financier, ou d’y ouvrir un PEA. Et dans celles qui le proposent, les prix des opérations de courtage sont très variables, mais généralement moins cher que dans le réseau physique.

Attention, car si vous êtes à la recherche de produits spécifiques, toutes ne proposent pas le même portefeuille de titres disponibles (et limite les acquisitions à des zones géographiques précises). Ainsi, il faut bien étudier les offres, avant de s’engager.

6. Le welcome bonus à l’inscription.

Afin d’inciter les clients à s’inscrire, les banques offrent généralement un bonus à l’inscription, mais elles sont souvent conditionnées à l’utiliser des services bancaires, et contre parfois des engagements sur la souscription d’une CB payante. Ainsi, restez vigilent, et n’en faites pas le critère numéro 1 de votre choix.

Voir : https://www.detective-banque.fr/comment-ouvrir-un-compte-bancaire-en-ligne-sans-depot/

Mes 6 conseils (de bons sens)

  1. Ne faites pas confiance aux comparatifs en ligne, qui sont eux-mêmes rémunérés par les banques, et qui exclut certaines offres du comparatif.
  2. Mentalement, il faut accepter de ne plus avoir de conseiller bancaire en direct. L’aide peut se faire via une messagerie ou une hotline.
  3. Ne tombez pas dans le miroir aux alouettes des bonus d’inscriptions, qui sont souvent conditionnés à une utilisation de la CB (elle-même payante).
  4. Transférer son compte bancaire vers un autre établissement est maintenant gratuit, et simple, simplement avec un recommandé avec accusé de réception, et la nouvelle banque pourra paramétrer un transfert des prélèvements mensuels depuis votre nouveau compte.
  5. Si vous êtes un voyageur régulier, c’est là où il faut faire le plus attention, et prendre le temps de lire la grille tarifaire concernant les paiements et retraits à l’étranger. Il y a de grosses différences de tarif entre les établissements. 
  6. Dernier conseil : certaines applications permettent d’y agréger tout vos comptes bancaires, venant d’établissement différent (exemple LCL & Boursorama), et d’ainsi d’avoir une vue globale sur votre situation depuis une plateforme.

Les banques en ligne (en vidéos)

Sources :

https://www.quechoisir.org/guide-d-achat-banque-en-ligne-n6031/

https://www.60millions-mag.com/forum/banque-epargne-credit-f76/avis-banque-en-ligne-t146276.html

Qu’est-ce que une banque en ligne ?

La banque en ligne est un système qui permet aux clients d’une institution financière d’effectuer des transactions et d’accéder à des informations via Internet. Il peut s’agir d’activités telles que le transfert d’argent entre comptes, le paiement de factures ou la consultation du solde des comptes et de l’historique des transactions.

Quels autres types de transactions puis-je effectuer par le biais de la banque en ligne ?

Outre le transfert d’argent et le paiement de factures, vous pouvez également consulter le solde de votre compte et l’historique des transactions, configurer des alertes sur votre compte, etc. Chaque institution financière offre des possibilités différentes, alors assurez-vous de vérifier auprès de la vôtre ce que vous pouvez faire.

Y a-t-il des limites au montant que je peux transférer en utilisant la banque en ligne ?

La plupart des institutions financières ont mis en place des limites sur le montant que vous pouvez transférer en une seule journée. Ces limites sont généralement mises en place pour prévenir la fraude et protéger votre compte. Vérifiez auprès de votre banque pour en savoir plus sur ses limites spécifiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.