Modèle de contestation de l’augmentation du loyer au moment du renouvellement du bail

En matière de contrat de bail, il y a de nombreuses obligations mises à la charge des deux parties. Le bailleur fourni un local répondant aux normes à son locataire, qui s’en sert comme prévu et dans les conditions définies en contrepartie du paiement d’un loyer. Lorsque le contrat tend vers sa fin, les deux parties peuvent convenir d’un renouvellement. A cette occasion, le bailleur peut apporter de nombreux aménagements au nouveau contrat. Par exemple, il peut décider d’augmenter le montant du loyer dans certaines conditions. Mais, le locataire possède également le droit de contester une telle décision. C’est notamment le cas par exemple, lorsque le nouveau montant ne respecte pas les normes en vigueur. Il en est également le cas en cas d’absence de certaines dispositions dans le contrat proposé par le bailleur. Mieux, le locataire peut contester cette proposition, lorsqu’elle intervient dans un délai de moins de 6 mois avant le terme du contrat de bail en cours. Avant d’engager des procédures judiciaires pour obtenir gain de cause, le preneur de bail peut tenter une contestation à l’amiable. C’est ainsi que vous vous retrouvez dans une telle situation et vous souhaitez contester la décision d’augmentation du loyer prise par votre propriétaire. Dans une telle situation, nous vous invitons à vous servir du modèle de lettre suivant.

Modèle de contestation de l’augmentation du loyer au moment du renouvellement du bail

Vos coordonnées            

               Coordonnées du bailleur

               Lieu et date

Objet : Contestation de la proposition de hausse de loyer

Monsieur (ou Madame),

Le —————– (date de conclusion du contrat de bail), soit bientôt ——————–(le nombre d’année depuis la conclusion du bail), nous avons conclu un contrat de bail sur les locaux situés au —————– (l’adresse des locaux).

Le —————— (date de réception de la proposition de renouvellement du bailleur), j’ai reçu par lettre recommandée (ou par voie d’huissier), une proposition dont l’objet est l’augmentation de mon loyer dont le montant actuel est de —————– euros (le montant actuel de votre loyer).

  • Conformément aux dispositions de l’article 17 c de la loi du 6 juillet 1989, la hausse de loyer que vous pratiquez en fin de bail, n’est pas légale pour la (les) raison(s) suivantes (précisez votre cas) :

– Vous m’avez adressé votre proposition moins de 6 mois avant la fin du bail, votre proposition arrive donc hors délai.

– Vous avez omis d’insérer dans votre proposition le texte intégral de l’article 17 c de la loi du 6 juillet 1989

– Vous n’indiquez pas, dans votre proposition, le montant du nouveau loyer proposé.

– Vous ne fournissez pas, avec votre proposition, une liste précise de 3 références (ou de 6 références si la location est située dans une agglomération de plus de 1 million d’habitants) de loyers habituellement pratiqués dans le voisinage pour des logements comparables, dont au moins 2/3 de références concernant des locataires entrés dans les lieux depuis plus de 3 ans.

Etant donné que les dispositions de l’article précédemment cité n’ont pas été respecté, votre proposition d’augmenter le montant du bail est donc réputée non-écrite. Le bail se poursuit donc selon les clauses contenues dans le précédent contrat.

En vous souhaitant bonne réception de ce courriel, je vous prie d’accepter, Madame, Monsieur, l’expression de ma plus grande considération.

Signature

Pourquoi et dans quel cas utiliser ce modèle de lettre ?

Cette lettre est destinée au bailleur qui demande à augmenter le montant du loyer de son locataire. C’est à cette lettre que celui-ci aura recours, s’il estime qu’une telle augmentation n’a pas sa raison d’être.

Premièrement, cette lettre vous permet de ne pas être soumis à une augmentation disproportionnée du loyer de votre bail. La meilleure manière de le contester est de faire parvenir une lettre à votre bailleur. Ce n’est qu’en cas de refus de sa part que vous pouvez engager une procédure légale à son encontre.

D’un autre côté, le silence de votre part serait synonyme d’acceptation et à ce titre, vous serez tenu de payer le nouveau montant qui vous est imposé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.