Comment apprendre l’italien rapidement : 6 conseils

Apprendre l’italien pour les étrangers peut être difficile mais pas impossible. Que vous débutiez ou que vous ayez déjà les premiers rudiments, une révision des règles grammaticales de l’italien est toujours utile. Vous êtes au bon endroit pour découvrir comment apprendre l’italien rapidement.

Voici pour vous 6 conseils spécifiques de base pour apprendre efficacement l’italien.

1.   Lisez des livres en italien

La première étape pour apprendre une nouvelle langue est de commencer à lire dans la langue que vous souhaitez apprendre. Lire en italien est un excellent moyen d’améliorer votre prononciation, votre grammaire, votre vocabulaire et de progresser en italien. La meilleure façon d’apprendre une langue est de s’y immerger. Lire en italien vous aidera à vous sentir plus à l’aise avec la langue et vous permettra de parler plus facilement.

Lire en italien vous donnera une idée de ce à quoi ressemble la langue, de sorte que lorsque vous parlerez, cela sonnera plus naturellement. Lire en français vous aidera également à comprendre des mots similaires à l’anglais, comme « fantastico » ou « ciao ».

Apprendre une nouvelle langue est une tâche difficile, et cela peut être encore plus difficile lorsque vous essayez d’apprendre une langue qui utilise un alphabet inconnu. Si vous voulez apprendre l’italien, l’un des meilleurs moyens est de lire des livres en italien. Lire des livres en italien vous aidera à améliorer vos compétences en prononciation et en grammaire ainsi qu’à élargir votre vocabulaire. Les livres sont également parfaits pour renforcer votre confiance lorsque vous parlez et lisez à haute voix, ce qui vous permettra éventuellement de progresser dans la maîtrise de l’italien.

La lecture de livres en italien peut se faire avec ou sans l’utilisation d’un dictionnaire en ligne (bien que cela soit toujours utile). Vous pouvez lire le livre à haute voix ou en silence tout en suivant le texte. Lorsque vous lisez à haute voix, essayez de ne pas faire de pause.

2.   Commencez à aimer les verbes irréguliers

C’est quelque chose qu’aucun apprenant de langue ne veut entendre : les verbes italiens les plus courants sont presque tous irréguliers. Les verbes auxiliaires essere (« être ») et avere (« avoir »), les verbes modaux potere (« pouvoir »), volere (« vouloir ») et dovere (« devoir »), ainsi que le commun andare (« aller »), dire (« dire ») et fare (« faire/faire ») sont tous irréguliers.

Mais est-ce une mauvaise nouvelle ? Pas du tout! Apprenez ces conjugaisons comme vous le feriez avec n’importe quel nouveau vocabulaire – avec un peu de pratique quotidienne. Même 15 minutes par jour peuvent suffire. Trouvez un rythme que vous pouvez appliquer à la conjugaison, répétez-le à haute voix comme s’il s’agissait d’un mantra, puis validez. Bonne nouvelle aussi pour ceux qui acceptent ce défi méditatif : les pronoms sujets (je, tu, elle, il, nous…) ne sont presque jamais utilisés en italien. Une fois que vous connaissez ces verbes les plus courants, vous serez en mesure de vous débrouiller dans de nombreuses situations.

3.   Comprendre les secrets d’une bonne prononciation

Apprendre une nouvelle langue ne consiste pas seulement à apprendre de nouveaux mots et de la grammaire. Vous devez également apprendre à les prononcer correctement. C’est une partie très importante de l’apprentissage d’une langue, et elle est souvent ignorée par les personnes qui apprennent l’italien.

Il existe de nombreuses règles de prononciation différentes dans la langue italienne, et elles peuvent être difficiles à retenir au début. Mais avec de la pratique, vous y arriverez et vous pourrez éventuellement parler avec une prononciation parfaite comme un locuteur natif italien.

Avec l’italien, chaque lettre a une prononciation spécifique, et elle n’est pas sujette à interprétation. Par exemple, la lettre A se prononce toujours comme le A dans « bar ». La seule exception est que certaines lettres changent de prononciation en fonction de la lettre qui les suit. G a deux prononciations différentes en fonction de ses voyelles proches : il ressemble au G dans « gant » lorsqu’il est suivi de A, O ou U des mots comme gatto (« chat »), gorille et gufo (« hibou ») – ou il peut être prononcé d’une manière plus douce, comme dans « gentil », s’il est suivi d’un E ou d’un I. Les exemples incluent genio (« génie ») ou giro (« tour »).

Le R est toujours clairement prononcé, mais ne doit pas toujours être roulé. Il existe de nombreuses façons de prononcer le R italien (plus de 10 !), alors ne vous sentez pas bizarre si vous ne pouvez pas le faire au début. Trop facile pour vous ? Essayez de dire ceci : trentatré trentini entrarono a Trento tutti e trentatré .

4.   Problème d’accent

L’accent graphique dans la langue italienne ne se retrouve que dans le dernier mot ( città, virtù, perché ). L’intonation de l’accent grave et aigu n’est pas couramment signalée, seule la pratique peut aider. Par exemple, certains mots acquièrent un sens différent selon l’accent : bòtte (dégâts, coups), bótte (récipient), chiése (voix du verbe demander), chièse (édifices religieux), se (si- au subjonctif),  (parler de soi).

5.   Ne pas confondre subjonctif et conditionnel

Le conjonctif et le conditionnel sont les deux temps les plus maltraités par les étudiants et les locuteurs natifs. Rappelons quelques règles de base pour éviter les erreurs :

On utilise le subjonctif quand on veut exprimer une action qui indique un événement incertain mais possible. Après les verbes comme je pense, je crois, il y a toujours le subjonctif (ce sont des verbes de doute, pas de certitude) ;

On utilise le conditionnel quand on parle d’une action incertaine, mais cela arrivera certainement en présence d’une certaine condition.

Exemple : S’il pleuvait (subjonctif), j’arriverais (conditionnellement) en retard. 

S’il pleut (subjonctif), j’arriverais (conditionnel) en retard.

6. Installer une application d’apprentissage

Il existe de nombreux applications qui permettent d’apprendre depuis votre lit, ou canapé, afin de vous entrainer depuis chez vous. Il en existe de nombreuses (exemple : italki.com) qui coutent que quelques euros par mois, et permettent de faire des exercices, et d’avoir des corrections, si nécéssaire.

Apprendre l’italien en vidéos

Conclusion

La clé pour apprendre une nouvelle langue est de trouver un moyen qui fonctionne pour vous. Certaines personnes préfèrent apprendre le vocabulaire et la grammaire de manière intensive, tandis que d’autres préfèrent apprendre par immersion. Il existe de nombreuses façons d’apprendre rapidement l’italien, mais il est important de trouver celle qui vous convient le mieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.