Le Livret A : les raisons de le fuir

Bonjour, Je m’appelle Pierre, et cet est consacré au Livret A. Dans la première partie, nous allons aborder les grandes lignes à connaitre sur son fonctionnement, puis nous terminerons par mon analyse sur sa performance économique, et pourquoi, il existe d’autres alternatives plus intéressantes.

1. L’histoire du PEA

Le livret A a été créé sous Louis XVIII avec pour objectif de solder la crise financière léguée par les guerres napoléoniennes (à travers les intérêts de l’argent prêté), mais aussi, il avait pour objectif d’initier les français à l’épargne bancaire, à travers un compte de dépôt, à une époque où la protection sociale n’existe pas.

Aujourd’hui, le livret A est le plus connu de tous les placements en France et il s’agit également du livret le plus populaire. En effet, c’est le livret préféré des Français : 55 millions de français de tout âge ont un livret A. 

La collecte du livret A correspond aux fonds cumulés par les banques grâce aux intérêts générés par ces épargnes, soit les dépôts moins les retraits, et représente à lui seul les 3/4 des liquidités destinées à l’épargne pour un montant de 469 milliards d’euros. 

2. L’intérêt pour l’ETAT de le promouvoir

Si le livret A est promu par le système bancaire, c’est que l’Etat pousse à sa commercialisation, c’est qu’il s’agit d’un placement garanti par l’Etat (et donc sans risque de défaut de paiement), dont les sommes placés servent à financer la construction de logements sociaux, sous la direction de la Caisse de Dépôt et Consignations, qui est une institution financière public, et qui prête une partie des fonds (37% exactement) aux organismes HLM, et l’autre partie est placée sur les marchés financiers.

Ainsi, il sert à sécuriser l’épargne des Français, et finance les projets d’intérêts publics.

3. Les caractéristiques du Livret A.

Son taux de redistribution est fixe, et est encadrée par l’Etat, était de 0.5% des montants déposés, jusqu’au 1er février 2022, avant d’être remonté à 1%, à compter de cette date.

Les intérêts du livret A sont calculés le 1er et le 16 de chaque mois, et Les intérêts cumulés sur l’année sont versés le 31 décembre sur le livret. L’ajout de ces intérêts peut porter la valeur du livret au-delà du plafond du livret.

Son plafond de dépôt maximum est fixé à 22 950 €pour les particuliers, avec un maximum d’un par personne, et les mineurs, comme les majeurs peuvent en ouvrir un, avec un montant minimum de 10€ à déposer, lors de l’ouverture. A noter que le compte ne peut jamais être débiteur, et qu’il n’est pas possible de disposer d’un chéquier ou d’une carte de crédit pour y dépenser ses dépôts, le retrait est autorisé uniquement via virement ou en liquide, à l’agence bancaire.

4. La fiscalité du Livret A.

La fiscalité est simple et avantageuse : les intérêts perçus sont exonérés de l’impôt sur le revenu et des prélèvements sociaux, et qu’il n’y a pas de frais pour ouvrir, déposer, retirer ou clôturer le compte.

5. Mon analyse du Livret A

Le livret A est vendu pour sa fiscalité (nulle), et le fait qu’il s’agisse de l’argent sécurisé, puisque garanti par le Fonds de Garantie des Dépôts et de Résolution, qui couvre les comptes et les livrets d’épargne jusqu’à un total de 100 000 € par client et par établissement bancaire. Et les familles françaises ont encore pour habitude de faire ouvrir les livrets à leurs enfants, dans lequel ils déposent leurs précieuses économies reçues, toutefois, il y a un problème majeur, qui est l’inflation.

Ainsi, la France a connu une inflation de 1.9% sur 2021, et aura environ 3.7% d’inflation sur 2022. En conséquence, les taux d’intérêts étant plus faible que l’inflation, l’argent déposé sur le livret A perd de son pouvoir d’achat, et ce, année après année.

Par conséquent, et sauf si souhaitez avoir de l’épargne de précaution, que vous souhaitez pouvoir récupérer à n’importe quel moment, il n’est plus intéressant de placer son argent, et il faut plutôt envisager d’autres supports, dans lequel il faudrait étudier votre profil d’investisseur pour le définir, comme le montant à placer, l’horizon de placement (de retrait de l’argent), le niveau de risque acceptée et la situation personnelle.

A titre personnel, je mise sur les ETF sur les indices (via PEA) et sur les SCPI (pour une diversification avec l’immobilier), ces deux placements me permettent d’envisager de superformer l’inflation (c’était le cas sur les dernières années).

A citer que les deux autres alternatives au livret A sur le marché sont : les livrets d’épargnes boostés (proposés par les établissements bancaires), et l’assurance vie. Un conseiller en patrimoine peuvent vous aider à faire le tri, mais attention, puisqu’ils prennent une commission sur les services vendus, et peuvent être tenté d’orienter votre choix, en fonction de leurs intérêts économiques.

Voilà, vous aurez compris pour lesquelles j’ai clôturé mon Livret A.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.